Le Programme d’Appui à la conservation des écosystèmes du bassin du Congo - PACEBCO

Informations généraleslogopacebcopt.jpg

•    Référence: P-Z1-C00-010
•    Date d’approbation: 11/03/2009
•    Date de démarrage: 22/01/2010
•    Date d’évaluation: 08/10/2008
•    Statut: En cours
•    Organisme d’exécution: COMIFAC - COMMISSION DES FORETS D’AFRIQUE CENTRALE
•    Pays bénéficiaires: Pays d’Afrique Centrale
•    Location: Bassin du Congo
•    Secteur: Forêts et Environnement

Description

Les interventions du Programme concernent aussi bien les interventions ciblées sur les paysages retenus que des interventions plus transversales en rapport avec les conditions cadres et le renforcement des capacités des parties prenantes. Ainsi, s'appuyant sur les axes stratégiques du Plan de convergence de la COMIFAC et sur les plans d'actions nationaux ou régionaux, le Programme comporte 4 composantes:

  1. Appui institutionnel à la COMIFAC et ses partenaires;
  2. Développement rural communautaire;
  3. Conservation et gestion de la Biodiversité; et
  4. Gestion du programme.

Le programme prévoie également des actions à caractère transversal, notamment en matière de communication environnementale en milieu urbain mais aussi la création d'un Fonds de développement local pour répondre aux demandes des acteurs de terrain dans les paysages.

Composante 1: Appui Institutionnel à la COMIFAC et ses partenaires, appui à la mise en œuvre du plan de Convergence:

  1. au niveau sous-régional COMIFAC, le Secrétariat Exécutif sera renforcé en matière de coordination, de planification et de suivi/ évaluation;
  2. au niveau des structures partenaires de la COMIFAC, il s'agira de soutenir les réformes auxquelles elles sont soumises et de leur apporter un appui concret;
  3. au niveau des coordinations nationales de la COMIFAC les réformes en cours permettront d'identifier des champs d'intervention;
  4. au niveau des Etats, le programme prendra en compte les domaines de l'économie et du développement national et appuiera la réforme du cadre légal et institutionnel relatif à la gouvernance environnementale et à la gestion durable de l'environnement; et
  5. au niveau des paysages, le Programme appuiera les intervenants locaux étatiques et non étatiques.

Composante 2: Développement Rural Communautaire:

Elle comprend surtout des activités au niveau des Paysages en relation avec le renforcement des capacités d'organisation des communautés locales, la recherche et la formation, la réalisation des infrastructures d'accès et de développement des échanges commerciaux, la promotion d'activités génératrices des revenus, notamment en matière d'écotourisme, de valorisation des produits ligneux et non-ligneux, d'agriculture et de pêche/pisciculture, d'agroforesterie, et de manière plus générale de satisfaction des besoins essentiels dans la perspective de satisfaire aux OMD en particulier . Le programme mettra en place un fonds de développement local qui permettra de répondre aux demandes spécifiques émanant des communautés de base et des collectivités locales décentralisés.

Composante 3: Conservation et Gestion de la Biodiversité et adaptation aux changements climatiques.

Elle consiste:

  1. au niveau des Etats, en une assistance aux institutions étatiques contribuant à la gestion des Paysages;
  2. au niveau des paysages, dans des activités concrètes telles que contribuer à la délimitation et à la création des aires protégées, appuyer le système de surveillance et communication en relation avec les aires protégées, promouvoir l'élevage de gibiers, promotion de la biodiversité dans les concessions forestières contigües aux aires protégées, etc.


Composante 4: Gestion du Programme:

La gestion du Programme sera exécutée par une Unité de Gestion de Programme (UGP) sous la supervision de la COMIFAC, organe technique de la CEEAC, chargé des forêts et des aires protégées. Une assistance technique sera mise à la disposition de la COMIFAC en partenariat avec l'UICN qui abritera les équipes. Le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) sera membre du Comité de pilotage. Au niveau des Paysages, le Programme signera des protocoles d'accords avec les associations de bénéficiaires, les structures techniques régionales et/ou nationales et les ONG opérant dans les paysages pour l'exécution des activités à cette échelle.
Les Coordinations Nationales de la COMIFAC seront mises à contribution pour la supervision au niveau des pays. Le programme aura également des actions à caractère transversal en faveur des populations autochtones vulnérables, de la prise en compte des risques sanitaires et sociaux, de l'éducation environnementale en milieu urbain (Zoo et Jardin Botanique de Kinshasa). Le programme disposera en outre d'un outil spécifique de financement, le Fonds de Développement Local, dont l'objet est de permettre de répondre aux demandes spécifiques des acteurs locaux dans les paysages en matière de développement socioéconomique ou de lutte contre la pauvreté.

Objectif:

Assurer la régénération des écosystèmes et améliorer les conditions de vie des populations et le renforcement des institutions en charge du plan de convergence de la COMIFAC

Contexte et justification

Avec une superficie de 227,61 millions d'hectares (FAO, 2005) le massif forestier du Bassin du Congo constitue la deuxième réserve de forêts tropicales denses et humides au monde, et 70% du couvert forestier dense et humide d'Afrique. Il abrite un capital unique de biodiversité avec près de la moitié des espèces terrestres connues. Dans les pays du bassin, la forêt constitue l'habitat de millions de personnes qui en dépendent totalement pour leur survie.

A l'échelle planétaire, le bassin du Congo joue des fonctions environnementales essentielles (maintien de la biodiversité, effet de serre, cycle de l'eau). Cependant, le changement climatique constitue la contrainte additionnelle limitant les possibilités de réaliser les cibles principales telles que les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

De nombreux facteurs indiquent la vulnérabilité de la région aux impacts du changement climatique. Pour atténuer les effets de la déforestation et de la dégradation, des pratiques de gestion durable des ressources naturelles dans le Bassin du Congo doivent être envisagées pour permettre aux populations d'accroître leurs revenus, réduire leur dépendance de ces forêts, améliorer leurs conditions de vie et minimiser ainsi l'impact des activités anthropiques sur les forêts. Une bonne conservation de ces écosystèmes vitaux nécessite également de développer des stratégies d'adaptation aux impacts du changement climatique pour assurer l'approvisionnement continu des biens et services de l'écosystème essentiels pour les moyens d'existence des ménages, le développement national et la croissance économique de la région.

Pour ce faire, et en coordination étroite avec le programme CARPE financé par les USA, l'approche paysage a été retenue par la COMIFAC et ses partenaires dans le cadre de ce programme. Il s'agit de soutenir la cohérence éco-systémique privilégiée dans le cadre de cette approche où la ou les aires protégées sont le plus destinées à la conservation de la faune et de la flore d'un ensemble où les populations vivent dans les zones périphériques et partagent l'espace avec les autres acteurs économiques et sociaux, tels les entreprises forestières, les sociétés de safari, les tours opérateurs ou encore les entreprises minières ou de transport, pour ne citer que celles-là.

La pauvreté étant bien souvent le facteur essentiel qui conduit à la destruction des ressources naturelles biologiques, c'est à la lutte contre la pauvreté que le programme attachera le plus d'efforts, sachant que les actions en cours avec les partenaires de conservation s'intéressent déjà plus spécialement aux aires protégées elles-mêmes. Par ailleurs, le programme privilégie les paysages transfrontaliers, 3 sur les 5 sélectionnés, dans une volonté affichée de soutenir les initiatives de collaboration où 2 ou 3 pays peuvent être associés pour gérer ensemble et de manière cohérente un même espace géographique contenant des aires protégées contigües ou voisines, lequel est souvent difficile d'accès et donc difficile à administrer. Cet aspect est une priorité de la COMIFAC et du Plan de Convergence.

Enfin, la pérennité de ces zones d'intérêt écologique majeur pour le bassin du Congo comme pour la planète elle-même, ne peut s'envisager sur le long terme que dans la mesure où elles pourront générer en elles-mêmes les moyens de leur propre entretien et développement. Cela suppose que les aires protégées soient elles-mêmes des centres de profit qui génèrent des recettes permettant de couvrir les charges d'entretien, les salaires, les taxes, etc. Cela suppose également que dans les zones périphériques au sein des paysages, les populations puissent vivre décemment de leurs activités socioéconomiques ou accéder à des emplois ne rendant plus indispensable le recours à des prélèvements abusifs au sein des aires protégées contigües.

Dans cette perspective, le programme cherchera en priorité à permettre la satisfaction des objectifs du millénaire de développement d'une part, et à promouvoir l'écotourisme d'autre part.

Bénéficiaires

L'échelle du paysage adoptée pour l'élaboration et la mise en œuvre de ce Programme dans le Bassin du Congo, constituent un vaste domaine national et souvent transfrontalier basé sur le concept de conservation de noyaux intacts entourés de zones d'utilisation et d'impacts humains croissant vers l'extérieur. Les travaux du CARPE (Central African Regional Program for the Environment) ont permis d'identifier douze (12) paysages: Monte-Alen-Monts de Cristal; Gamba-Mavumba-Conkouati; Lope-Chailu-Louesse; Dja-Odzala-Minkebe; Sangha Tri-National; Econi-Bateke-Lefini; Lac-Tele-Lac-Tumba; Selonga-Lukenie-Sankuru, Maringa-Lapori-Wamba; Maiko-Tayna-Kahuzi-Biega; Ituri-Epulu-Aru; Virunga (voir figure 1 en page 2). L'ensemble couvre environ 680 300 km² répartis entre le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la RDC, le Rwanda et l'Ouganda . Les paysages sélectionnés par la COMIFAC pour le programme à financer par la BAD sont: Maringa-Lopori-Wamba (RDC), Maiko-Tayna-Kahuzi-Biega (RDC), Tri National de la Sangha (TNS partagé par le Cameroun, la RCA et le Congo), Lac Télé-Lac Tumba (Congo et RDC), et Virunga (RDC, Rwanda, Ouganda).

Coût de mise en œuvre

Source de financementMontant
BAD: UAC 32,000,000
Gouvernement: UAC 5,280,000
Total :
UAC 37,280,000

    
  
  

You are here: Home Members tvtchuante Le Programme d’Appui à la conservation des écosystèmes du bassin du Congo - PACEBCO