À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

Evénements internationaux

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Angola   Burundi   cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

La première édition du Congrès africain des parcs (APAC) de l’Union Internationale de la Nature (UICN) s’est tenu du 18 au 23 juillet 2022 à Kigali au Rwanda sous la thématique des aires protégées africaines pour les populations et la nature.

Parmi la centaine d’exposants de la partie salon de l’évènement, plusieurs organisations représentées dont la Commission des Forêts d’Afrique Centrale. Entre vitrine du savoir-faire sous-régional et quête de partenariats internationaux, les acteurs de l’Afrique centrale ont tout mis en œuvre pour ne pas passer inaperçu, faisant du pavillon CEEAC-COMIFAC, le plus visité de l’APAC 2022.

L'APAC 2022 a rassemblé plus de 2000 délégués représentant les leaders et décideurs issus de gouvernements africains, de la société civile, des peuples autochtones, du monde des affaires, du milieu universitaire, y compris les plus grands experts internationaux en matière de sciences, politiques et pratiques de la conservation. L’APAC visait à définir le rôle des aires protégées dans la sauvegarde de l'emblématique faune africaine, la fourniture de services vitaux par les écosystèmes et à promouvoir le développement durable tout en préservant l'héritage culturel et les traditions du continent. La Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), fortement engagée dans cette thématique a pris activement part à l’événement au travers de plusieurs communications, l’animation d’un pavillon, des posters et de plusieurs événements parallèles.

L’objectif de la participation de la COMIFAC et ses pays membres à ce congrès était d’influer sur les orientations de la politique africaine en matière de conservation de la biodiversité et partager leurs expériences en matière de création et de gestion des aires protégées y compris les aires protégées transfrontalières.

Il s’agissait plus spécifiquement : (i) d’assurer la visibilité de la COMIFAC, de ses pays membres et de ses partenaires (techniques et financiers); (ii) de partager les progrès réalisés et les défis majeurs en matière de conservation de la biodiversité, gestion des aires protégées, (iii) de susciter un engagement international et mobiliser de nouveaux partenaires techniques et financiers pour la mise en œuvre du Plan de Convergence la COMIFAC.; (En effet, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de Convergence, des avancées significatives ont été enregistrées en Afrique centrale. En 20 ans le nombre et la surface des aires protégées a augmenté de 50% . La région compte désormais 206 aires protégées pour une superficie totale de 800 000 km carrés. Ces aires recouvrent prêt de 15% de la surface terrestre et 5% de la surface marine de la région.

Grâce aux appuis techniques et financiers de ses partenaires notamment, l’Union Européenne à travers les programmes BIOPAMA, RIOFAC et ECOFAC , le CIFOR, la Coopération Allemande à travers le Projet GIZ d’Appui à la COMIFAC, la participation active de la COMIFAC et ses pays membres à l’APAC était marquée par les points forts suivants : (i) L’acquisition et l’animation d’un pavillon d’exposition CEEAC-COMIFAC (ii) l’organisation de deux sessions de haut niveau ; (iii) la participation et l’intervention des membres de la délégation de l’espace COMIFAC aux sessions organisées par les partenaires techniques et financiers, (iv) la Communication et actions médiatiques.

Forte représentation de l’Afrique centrale

La voix de la sous-région Afrique centrale était portée pas six ministres en charge des aires protégées et de la faune des pays membres de la COMIFAC suivant : le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République Centrafricaine et le Rwanda, pays hôte du congrès. Ils n’ont pas manqué à chaque sortie de présenter au public la valeur des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale, deuxième poumon vert de notre planète, de plaider en faveur de la prise en compte des préoccupations des peuples autochtones et communautés locales dans le financement de la conservation de la biodiversité pour la lutte contre le changement climatique et des inégalités en Afrique centrale. Ils ont sollicité l’appui des partenaires techniques et financiers pour l’organisation du prochain du Forum International des Peuples Autochtones d’Afrique Centrale (FIPAC).

Outre les Ministres, le Secrétaire Exécutif Adjoint et coordonnateur technique de la COMIFAC, le Secrétaire Permanent de l’OCFSA ainsi qu’une délégation composée d’une dizaine d’experts représentant le Secrétariat exécutif de la COMIFAC, les Coordinations Nationales COMIFAC, les Directions de la Faune et des Aires Protégées, des Institutions nationales ou régionales membres de l’UICN, des initiatives, programmes ou projets (OFAC, BIOPAMA, RIOFAC, ECOFAC) etc. ont également pris part à ce congrès.

Le pavillon CEEAC-COMIFAC

Lieu de rencontre et de convivialité, le Pavillon CEEAC-COMIFAC a fait foule à Kigali. Plusieurs évènements officiels (panels de haut niveau), événements spéciaux tels que des sessions thématiques, la présentation des publications, les célébrations y ont été organisés.

Les politiques, les scientifiques, la société civile, etc. tout un foisonnement qui n’en finissait pas de fasciner le public. L’Afrique centrale a fait courir les foules durant tout le congrès à Kigali. Rien que du raffinement, et pas des moindres. Et tous ces voisins surpris à contempler ce pavillon toujours plein. « Cette édition 2022 du Congrès des parcs africains confirme la position de leader de notre sous-région » confie, l’air enjoué, un des responsables de la CEEAC.

« Eu égard à la richesse de sa biodiversité, et aux services écosystémiques essentiels qu’elle assure, il était temps qu’un tel évènement soit organisé en Afrique et nous sommes heureux qu’un pays membre de la COMIFAC ait été choisi pour accueillir le premier Congrès africain des aires protégées africaines de l’UICN » s’est réjoui le Secrétaire Exécutif Adjoint de la COMIFAC à la fin des travaux. Il reste à présent que les résolutions prises dans l’appel de Kigali soient rapidement mises œuvre.