À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

10ème session ordinaire du CM

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Le gouvernement français vient d’accorder un appui financier au Cameroun de l’ordre 990 000 euros. Ce financement est destiné à la protection des populations de chimpanzés et de gorilles de la réserve de Den-Deng à l’Est du Cameroun. La riche biodiversité de ce parc a été profondément bouleversée par la construction d’ouvrages et le braconnage.

 

Le ciel s’éclaircit sur l’existence de la biodiversité du parc national de Deng-Deng (PNDD) située dans la région de l’Est au Cameroun. Le 30 octobre 2020 à Yaoundé, l’Agence française de développement (AFD) pour le compte du Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) a signé avec Electricity développement corporation (EDC), une convention de financement de 650 millions de francs CFA (990 000 euros), destinés au projet d’appui à la mise en place du PNDD.

Créée en 2010 sur une superficie de 68 200 hectares, la réserve naturelle de Deng-Deng ne dispose pas encore de zone tampon, et pourtant sa riche biodiversité, notamment ses gorilles et chimpanzés sont confrontés à une double menace. Il y a d’une part la construction d’un oléoduc traversant le Cameroun vers le Tchad, et le barrage hydroélectrique de Lom Pangar qui menacent l’habitat des espèces sauvages. Et d’autre part il y a la forte pression du braconnage qui sévit dans la région de l’Est Cameroun. Pour asseoir la vocation du parc, qui est celle de la préservation des espèces, les fonds alloués par le FFEM serviront à la mise en place d’une unité de gouvernance et de gestion pérenne du parc. Cette entité devra entre autres assurer l’utilisation transparente des revenus financiers générés par les redevances d’eau du barrage-réservoir de Lom-pangar.

La France soutient le Cameroun dans l’atteinte des ODD

La convention entre l’AFD et EDC s’inscrit dans la continuité d’un accord de concession et de redevance d’eau validé le 7 septembre 2020 entre l’EDC et l’État du Cameroun. Dans cet accord, l’opérateur public des barrages du Cameroun s’engageait à affecter à la gestion du parc de Deng-Deng, une partie de sa rémunération obtenue auprès des producteurs indépendants d’électricité (IPP) qui exploitent les eaux du fleuve Sanaga. Car le parc est en effet le volet compensation écologique du projet hydroélectrique de Lom-Pangar. « La protection du PNDD était l’un des éléments les plus importants pour garantir le soutien des bailleurs de fonds tels que la Banque mondiale, l’AFD, la Banque européenne d’investissement (BEI), et la Banque africaine de développement (BAD) » indique Théodore Nsangou, le directeur général d’EDC.

Les interventions de la France dans le barrage hydroélectrique de Lom-Pangar et le projet d’appui à la mise en place du PNDD se situent à la croisée de plusieurs Objectifs de développement durable (ODD) : l’accès à l’eau, le recours aux énergies renouvelables, la lutte contre le changement climatique, la vie terrestre et les partenariats entre acteurs.

AFRIK 24- Boris Ngounou