À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

10ème session ordinaire du CM

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Yaoundé, Cameroun, 22 octobre 2020- Le Secrétaire Exécutif de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), M. Raymond Ndomba Ngoye a reçu en audience  l’honorable Dr. Christian RUCK, facilitateur de la République Fédérale d’Allemagne, pour le Partenariat des Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

 

Le parlementaire Allemand qu’accompagnait le co-facilitateur du PFBC Monsieur Raymond Mbitikon s’est entretenu avec Raymond Ndomba Ngoye sur les questions liées à la lutte contre les changements climatiques, la transhumance et la circulation des bandes armées entre le sahel et le nord de l’Afrique équatoriale, la huitième réunion du Conseil Directeur du Partenariat pour les forêts du bassin du Congo (PFBC), se tiendra à Kinshasa en décembre 2020 ; les grandes conférences internationales de 2021 entre autres. A en croire le facilitateur, la réunion de Kinshasa sera très stratégique et déterminante car, précise-t-il, elle devra aboutir à une position commune des pays de la sous-région sur les questions de la biodiversité et du climat, étant donné que de grands sommets sont prévus en 2021.

A la faveur de cette rencontre, le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC a salué les efforts déployés par le PFBC aux côtés de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), pour l’harmonisation des politiques forestières et environnementales destinées à promouvoir la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers du Bassin du Congo, deuxième poumon écologique mondial. Pour Raymond Ndomba Ngoye, une meilleure protection du Bassin du Congo devrait davantage s’accompagner des appuis conséquents des organismes de financements visant l’amélioration des conditions de vie des populations. D’où la nécessité de mener un plaidoyer fort à l’endroit de toutes les parties prenantes (gouvernements, partenaires techniques et financiers, ONG, société civile, etc.), en vue de la mise en place des programmes et projets qui garantissent une exploitation judicieuse des ressources naturelles du Bassin du Congo.