À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

COP 26

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

ONU Climat Infos, le 5 octobre 2021. Des chefs religieux représentant les principales religions du monde se sont joints hier à des scientifiques au Vatican pour appeler la communauté internationale à relever ses ambitions et à intensifier son action en faveur du climat avant la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP26 qui se tiendra en novembre à Glasgow. Près de 40 chefs religieux ont signé un appel commun, qui a été présenté par le pape François au président désigné de la COP 26, le très honorable Alok Sharma, et au ministre italien des affaires étrangères, l'honorable Luigi Di Maio.

 

Parmi les signataires figurent des représentants de haut niveau de toutes les confessions chrétiennes, de l'islam sunnite et chiite, du judaïsme, de l'hindouisme, du sikhisme, du bouddhisme, du confucianisme, du taoïsme, du zoroastrisme et du jaïnisme - représentant un large éventail de chefs religieux. L'appel fait suite à une déclaration conjointe similaire faite le 8 septembre par les dirigeants de l'Église catholique romaine, de l'Église orthodoxe orientale et de la Communion anglicane, qui ont appelé les gens à prier pour les dirigeants mondiaux avant la COP26.

Voir le résumé de l'appel conjoint ci-dessous :

Aujourd'hui, après des mois de dialogue entre les chefs religieux et les scientifiques, nous nous retrouvons unis pour sensibiliser aux défis sans précédent qui menacent notre belle maison commune. Nos croyances et nos spiritualités nous enseignent le devoir de prendre soin de la famille humaine et de l'environnement dans lequel elle vit. Nous sommes profondément interdépendants les uns des autres et du monde naturel. Nous ne sommes pas les maîtres illimités de notre planète et de ses ressources. Les multiples crises auxquelles l'humanité est confrontée sont en définitive liées à une crise des valeurs, éthiques et spirituelles. Nous sommes les gardiens de l'environnement naturel, avec la vocation d'en prendre soin pour les générations futures et l'obligation morale de coopérer à la guérison de la planète. Nous devons relever ces défis en utilisant les connaissances de la science et la sagesse de la religion. Nous devons penser à long terme pour le bien de l'humanité tout entière. Le moment est venu de prendre des mesures transformatrices en tant que réponse commune.

Nous avons besoin d'un cadre d'espoir et de courage. Mais nous devons également changer le récit du développement.

Le changement climatique est une menace grave. Nous plaidons pour une action climatique commune mais différenciée à tous les niveaux.

Le monde est appelé à atteindre le plus rapidement possible des émissions nettes de carbone nulles, les pays les plus riches devant prendre l'initiative de réduire leurs propres émissions et de financer les réductions d'émissions des nations les plus pauvres. Tous les gouvernements doivent adopter une trajectoire qui limitera l'augmentation de la température moyenne mondiale à 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels. Nous demandons aux nations ayant la plus grande responsabilité et la plus grande capacité actuelle de fournir un soutien financier substantiel aux pays vulnérables et de convenir de nouveaux objectifs pour leur permettre de devenir résilients au changement climatique, de s'y adapter et d'y faire face. Les droits des peuples autochtones et des communautés locales doivent faire l'objet d'une attention particulière.

Nous appelons les gouvernements à rehausser leur ambition et leur coopération internationale pour : favoriser une transition vers des énergies propres ; adopter des pratiques d'utilisation durable des terres ; transformer les systèmes alimentaires pour qu'ils deviennent respectueux de l'environnement et des cultures locales ; mettre fin à la faim ; et promouvoir des modes de vie et de consommation et de production durables. Les effets de cette transition sur la main-d'œuvre doivent être pleinement pris en compte. Nous appelons les institutions financières, les banques et les investisseurs à adopter un financement responsable, et les organisations de la société civile et tout un chacun à relever ces défis dans un esprit de collaboration.