À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

10ème session ordinaire du CM

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

La Convention sur la diversité biologique, entrée en vigueur en 1993, a instauré le principe de souveraineté des Etats sur les ressources génétiques en changeant radicalement la notion d’exploitation du patrimoine mondial. Depuis lors, nombreux étaient des pays en développement qui ont eu l’idée d’utiliser leurs propres ressources génétiques en tant que ressources stratégiques de la même manière que d’autres ressources naturelles telles que le pétrole et le gaz naturel.


L’attente des pays en développement est devenue encore plus forte depuis l’entrée en vigueur du Protocole de Nagoya, accord international établissant des règles d’utilisation des ressources génétiques. En effet, ledit Protocole recommande le partage équitable des avantages monétaires et non monétaires découlant de l’utilisation de ces ressources entre les utilisateurs, parmi lesquels les entreprises, les chercheurs et les fournisseurs. Malgré cette disposition,
beaucoup de pays en développement tendent à se douter que les entreprises et les chercheurs du monde entier cherchent à enlever librement leurs ressources.
Les pays membres de la COMIFAC offrent de grands attraits potentiels, partageant le bassin du Congo riche en ressources génétiques, cependant, en
réalité, ces ressources ne sont pas mises en valeur comme on le souhaite, à cause entre autres de hautes exigences des pays propriétaires des ressources, du manque de clarté du système institutionnel etc.

Bien vouloir télécharger le guide

Guide bonnes pratiques APA.