À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

10ème session ordinaire du CM

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Kinshasa, République Démocratique du Congo – 10 décembre 2020 : s’est tenu un Dialogue Politique de Haut Niveau entre les membres du Collège Régional du PFBC (États membres, COMIFAC et CEEAC) et les Partenaires techniques et financiers membres du Collège des bailleurs du PFBC.

 

Le Dialogue Politique de Haut Niveau été présidé par l’Honorable Dr Christian Ruck, Facilitateur de la République Fédérale d’Allemagne du PFBC, Co Présidé par Son Excellence Monsieur Jules Doret Ndongo, Ministre des Forêts et de la Faune du Cameroun, Président en Exercice de la COMIFAC. Son Excellence Maître Claude NYAMUGABO BAZIBUHE, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable de la République Démocratique du Congo, pays hôte de cette rencontre faisait également partie du présidium de ce Dialogue politique de Haut niveau.

Ont participé à ce Dialogue Politique de Haut Niveau S.E. MmeRasalie Matondo, Ministre de l'Économie Forestière du Congo et Présidente en Exercice de l'OCFSA, S.E.M Amit IDRISS, Ministre des Eaux, Forêts, Chasse et Pêche, de la République Centrafricaine, Son Excellence Prof. Lee White, Ministre des Eaux, des Forêts, de la Mer, de l'Environnement chargé du plan Climat du Gabon (participation virtuelle).  Le Président de la CEEAC a été représenté par Dr Honoré Tabuna, Commissaire à l'Environnement, Ressources Naturelles, Agriculture et Développement Rural de la Commission de la CEEAC. Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC était représenté par son Secrétaire Exécutif Monsieur Raymond Ndomba Ngoye en ce qui concerne les Membres du Collège Régional

S’agissant du Collège des bailleurs, ont pris part activement, les Représentants de la République Fédérale d’Allemagne, de la Belgique, des Etats-Unis d’Amérique, de la France, de la Norvège, et de l’Union Européenne.

Les Ministres et les partenaires financiers étaient assistés respectivement des représentants des Missions diplomatiques, des Coordonnateurs nationaux de la COMIFAC, et des Représentants des organisations et institutions Régionales et des experts thématiques des pays de l’espace CEEAC/COMIFAC.

Monsieur Maxime Nzita Nganga, Chef de Mission Régionale programme ECOFAC 6 Afrique Centrale, a assuré la modération des échanges entre les parties.

Cette session avait pour principal objectif de permettre aux partenaires d’échanger leurs points de vue sur les opportunités et les moyens d’améliorer leur collaboration, notamment en ce qui concerne l’identification et la programmation des efforts qu’ils mettent en œuvre pour améliorer la gestion, la conservation et la valorisation des forêts du Bassin du Congo.

A la suite des diverses allocations prononcées par les représentants du PFBC, de l’Allemagne, de la CEEAC, de la COMIFAC, de la CEEAC, et par le Ministre de la RDC en charge de l’Environnement et des Forêts à l’ouverture de la session de Dialogue de Haut niveau, suivie également par les partenaires en ligne via internet, deux exposés liminaires succincts du CIFOR et de l’OFAC ont permis de faire le point sur l’état des financements mobilisés en faveur  de la conservation des forêts dans le Bassin du Congo et sa périphérie depuis une douzaine d’années. On retiendra que près de 2 milliards de dollars US ont ainsi été affectés au financement de multiples projets et programmes nationaux et multinationaux dont près de 53% dans le cadre de la coopération bilatérale (890 MUSD) et un peu plus de 47% dans le cadre multilatéral (806 MUSD) entre 2008 et 2017.

Les ressources sont destinées essentiellement au financement de la mise en œuvre des politiques forestières et à la préservation de la biodiversité. Le constat est cependant que le Bassin du Congo reçoit globalement moins d’appuis financiers que le Bassin Amazonien ou les forêts du Sud Est Asiatique. Plusieurs explications sont avancées, en particulier sur la nécessité de procéder à la planification de l’aménagement des territoires et du zonage des terres afin de pouvoir attirer les financements sur des bases foncières et stratégiques solides ; de même, concernant la faiblesse des capacités en matière d’élaboration et de maturation de projets bancables à présenter au financement des guichets internationaux, au manque d’engagement politique sur les stratégies forestières et de conservation, auxquelles s’ajoutent les multiples contraintes liées à l’état de la gouvernance, à la croissance des populations et à leur état de pauvreté, au manque d’infrastructures, et aux problèmes d’instabilité sociopolitiques.

Il est suggéré de relever le niveau du profil politique accordé aux forêts et à l’environnement, d’en faire une question centrale avec renforcement des stratégies, mais aussi des professionnels devant négocier, mobiliser et exécuter les financements en faveur de la préservation des forêts et de la conservation de la biodiversité.

Plusieurs partenaires de financement membres du PFBC ont pris successivement la parole pour confirmer leur engagement en faveur des forêts du Bassin du Congo. Ainsi, l’UE, l’Allemagne, la France, la Norvège, les USA et la Belgique, par la voix de leurs représentants de haut niveau, ont ainsi eu à rappeler leurs engagements de longue date, avec un rappel de principaux programmes et projets financés et/ou en cours d’exécution en Afrique Centrale.  Les différentes déclarations des pays bailleurs sont disponibles ci-joint.

Bien vouloir télécharger le compte rendu des travaux