À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

10ème session ordinaire du CM

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Sécheresses, inondations, cyclones : le continent le moins polluant de la planète subit de plein fouet les conséquences du réchauffement.

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) a lancé le 26 octobre, le premier rapport sur le climat en Afrique. Selon ce rapport d’une quinzaine d’organisations, coordonné par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) , l’augmentation des températures, l’élévation du niveau de la mer, la modification du régime des précipitations ou encore la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes font peser de graves menaces sur la santé, la sécurité alimentaire et le développement socio-économique qui interpelle sur l’urgence d’une action climatique en Afrique et fait le point sur les capacités actuelles, face aux risques de plus en plus importants.

 

En effet, en Afrique, l’année 2019 a été l’une des trois années les plus chaudes jamais constatées. Cette tendance devrait se poursuivre. Au cours des dernières décennies, le réchauffement de l’Afrique a progressé de manière comparable à celui de la plupart des autres continents, et donc légèrement plus rapidement que la moyenne mondiale.

Selon les conclusions de cette étude qui évalue l’impact du changement climatique dans plusieurs secteurs en Afrique, notamment sur le niveau de la mer et l’érosion côtière, la sécurité alimentaire, la santé et l’économie, «le changement climatique a un impact croissant sur le continent africain. Il frappe plus durement les plus vulnérables et accroît l’insécurité alimentaire, les déplacements de population et les pressions exercées sur les ressources en eau».

Pour s’adapter à cette nouvelle donne et créer les conditions d’une bonne résilience ,«les données scientifiques sur le climat représentent un pilier du renforcement de larésilience, une pierre angulaire de l’adaptation au changement climatique, ainsi qu’unterreau fertile pour les moyens d’existence et de développement durable» Sous ce regard, c«rapport surl’état du climat en Afrique a donc un rôle essentiel à jouer, notamment pourétayer les mesures que nous prenons afin d’atteindre les objectifs de l’Agenda 2063 pourl’Afrique », a expliqué la Commissaire à l’économie rurale et à l’agriculture de laCommission de l’Union africaine, Josefa Leonel Correia Sacko.

Loic Ntoutoume- Gabon Rewiew