À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

Congrès mondial de la nature de l’UICN

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Marseille, 11 septembre 2021-

Comme lors des années précédentes, la synergie des compétences du bassin du congo ont été valorisées cette année au travers d’un stand unique sur le thème du « Congo Basin Initiatives ». De nombreuses partenaires et autres intéressés ont rendu visite au stand, permettant de nouer de précieux contacts, d’engager d’intéressantes conversations sur les écosystèmes forestiers d’Afrique centrale, ou de déguster les produits forestiers non ligneux très prisés.

Retour sur la particularité de ce stand dans une interview accordée à Afrique Environnement Plus, Télé Congo et France infos

 

Pourquoi avez-vous choisi de participer au congrès mondial de la nature 2021?

La participation  de la COMIFAC aux grands évenements mondiaux afin de renforcer sa visibilité est l'une des activités de notre plan de travail biennal. Le congrès mondial de la nature de l’UICN est un rendez-vous incontournable pour les professionnels de la conservation. Cet évenement représente en effet l’occasion pour le bassin du congo de présenter l’ensemble de ses solutions et services dédiés au monde de la conservation,  de promouvoir l’ensemble de ses réalisations et de nouer des contacts.. Les estimations indiquent que cette forêt, l'une des plus denses et riches au monde en terme de biodiversité, séquestre encore 600 millions de tonnes de CO2 de plus qu'elle n'en émet par an. Ses moyenne d'émissions et d'absorption atteignant respectivement 530 millions et 1,1 milliard de tonnes de carbone., En tant qu’acteur sous-régional de référence en matière d’harmonisation des politiques environnementales, la présence de la COMIFAC était une évidence.

Le stand de la COMIFAC a été l’une des plus visité du salon, comment justifiez –vous un tel attrait ?

Nous avons mis l’accent sur la décoration du stand avec des visuels percutants, l’exposition des produits forestiers non ligneux issus de nos forêts ; La mise en scène des fractions, essentielle pour la compréhension du bassin du Congo, a été une attraction très appréciée au cours du salon, nous n’avons d’ailleurs eu que des compliments de la plupart des visiteurs qui ont finalement compris ce que représentait cet écosystème forestier.

Que représente les produits forestiers non ligneux pour les populations africaines et quels sont ceux que vous avez présenté dans votre stand

Plus de 100 millions des habitants des forêts sont directement dépendants des ressources forestières, en particulier les produits forestiers non-ligneux (PFNL) qui sont une source importante dans l’économie de subsistance et des marchés pour leurs aliments, pour réaliser des abris, pour l’équipement des maisons, le fourrage et les médicaments. Il était donc question pour nous de les valoriser aussi ici à Marseille.

Nous avons exposé les graines, les fruits, les plantes médécinales consommés non seulement en Afrique mais aussi dans les autres continents. Nous avons des produits connus sous les noms scientifiques et les noms vernaculaires suivants: Cola acuminata,(abel ou nia-abel en beti, cola dans le commerce), C. nitida (abel goro en beti, cola dans le commerce), C. verticillata (eya-abel en beti) (Cola), Garcinia kola (niel ou onye en beti, bitta cola en pidgin) et Garcinia lucida (esok en beti) qui sont mâchées et consommées comme excitants ou aphrodisiaques ; Irvingia gabonensis (manguier sauvage) dont la pulpe sucrée est très appréciée à l'état frais et à l’état sec utilisé pour les sauces ; Ricindendron heudelotii (ndjansang dans le commerce) consommées comme condiments ou liant dans l'assaisonnement de plusieurs mets locaux ; Xylopia aethiopica, Aframomum meleguetta, Aframomum sp qui sont consommés comme condiments dans l'assaisonnemnt de plusieurs mets locaux; Piper guineensis (nkap en beti, poivre dans le commerce) utilisés comme condiments dans l'assaisonnement de plusieurs mets locaux;· Tetrapleura tetraptera (apkwa en beti, essesse en duala) dont les arrêtes sont consommées dans l'assaisonnement de plusieurs mets locaux ; Monodora myristica (Medjock, Mendak en Bamiléké, Hikoma en Bassa, Pebe en Duala et Nding en Beti) qui sont utilisées comme condiments dans l'assaisonnement de plusieurs mets locaux ; Bucholzia macrophylla (Kola pimenté, oignon de gorille), Zingiber officinale(gingembre). qui une fois râpées et mélangées avec du citron vert et du piment sont consommées comme excitants ou aphrodisiaques; Artémisia annua qui traite le paludisme.

 

Vous n’avez pas pu nous rendre visite ?

Nous sommes toujours là pour vous informer de nos activités N’hésitez pas à contacter à l’adresse comifac@comifac.org; ou louisetteyebel@comifac.org

A lire aussi

https://comifac.org/actualites/nouvelles/fin-des-expositions-au-congres-mondial-de-la-nature-les-congressistes-et-les-media-toujours-emerveilles-par-l-eclat-du-stand-et-la-justesse-des-messages-du-bassin-du-congo