À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

Evénements internationaux

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Angola   Burundi   cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Ndjamena, Tchad, 11 avril 2022- Le Ministre de l’Environnement, de la Pêche et du Développement Durable, Mahamat Ahmat Lazina a présidé ce jour l'ouverture de la onzième réunion du Groupe de Travail de la Convention des Nations Unies pour la Lutte Contre la Désertification en Afrique Centrale (GTCCD), regroupant les pays membres de la COMIFAC. Cette réunion se tient en prélude à la CdP15 qui aura lieu du 9 au 20 mai prochain à Abidjan en Côte d’Ivoire.
Pour Chouaibou Nchoutpouen, Secrétaire Exécutif Adjoint de la COMIFAC, le GTCCD est devenu au fil des années une force de proposition et de négociation lors des conférences internationales sur la désertification et la dégradation des terres. « Il est devenu un outil de renforcement des capacités des Points Focaux nationaux dans l’élaboration et la mise en œuvre des cadres et Programmes d’Actions Nationaux de lutte contre la désertification et la dégradation des terres », précise-t-il.
En août 2021, les pays membres de la COMIFFAC se sont engagés à relever les nombreux défis dont fait face la sous-région parmi lesquels : la dégradation des zones de savane, amplifiant la désertification ; les effets négatifs du changement climatique, du braconnage, des zoonoses, de l’exploitation illicite de la faune sauvage et plus généralement de la biodiversité.
Tout ne s’arrête pas là, car le développement de la pratique de la transhumance dans les zones à écologie fragile en lisière septentrionale des forêts du bassin du Congo et l’émergence des troubles sociopolitiques dans plusieurs pays de la sous-région entrainant des déplacements massifs de populations, déplacés internes et réfugiés, lesquels ont le plus souvent des effets négatifs sur les ressources naturelles des zones d’accueil.
Ces pays se sont également engagés à travers la Déclaration d’engagement des Etats membres de la COMIFAC pour les forêts d’Afrique centrale et appel pour un financement équitable. Il s’agit entre autres à : maintenir et renforcer leur implication active dans la gouvernance climatique globale ; à tenir compte des stratégies d’aménagement du territoire et d’affectation des terres dans les politiques publiques de développement ; à mettre en place une plateforme sous-régionale multidisciplinaire sur la gestion de la transhumance ; à poursuivre activement la restauration de paysages forestiers dans le cadre du Bonn-Challenge et l’AFR 100 (African Forest Landscape Restoration Initiative), etc.
Le Chef du département de l’Environnement est revenu sur les objectifs fixés à travers cet atelier pour dire que cette rencontre vise non seulement à adopter les positions communes sur les enjeux de la quinzième session de la conférence des parties (CdP15), mais de passer en revue les différents points de l’ordre du jour de la CdP15 et identifier les thématiques pertinentes pour l’Afrique centrale. Il s’agit aussi d’adopter un document de positions communes des pays de l’espace COMIFAC sur les thématiques clés de la CdP15 ; de faire le point sur l’état de préparation des délégations au niveau national (composition des délégations, aspects logistiques, etc.) ; de concevoir un cadre d’intervention lors de la CdP15 et d’adopter la feuille de route 2022 du GT CCD.
Pour lui, la vision de la COMIFAC est celle partagée par les plus Hautes Autorités du Tchad. « Je voudrais parler de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Président du Conseil Militaire de Transition, le Général d’Armée Mahamat Idriss Déby Itno qui met la protection de l’environnement, la désertification et les changements climatiques au centre de ses activités. C’est fort de cette philosophie que le Tchad a élaboré le Programme National d’Action de Lutte contre la Désertification et s’aligne au PASR/LCD-AC (COMIFAC, CEEAC et CBLT) », souligne le ministre de l’environnement.
 
Edouard Takadji (Attaché de Presse/MEPDD)