À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

10ème session ordinaire du CM

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Au cours des cinquante dernières années, l’explosion du commerce mondial et de la consommation, ainsi que la forte croissance de la population humaine et un gigantesque mouvement d’urbanisation ont métamorphosé notre monde. Ces évolutions ont entraîné une dégradation de la nature et une surexploitation des ressources naturelles sans précédent. Une poignée de pays abrite les dernières zones de nature sauvage. Les espaces naturels se transforment plus rapidement que jamais.

 

La nature est indispensable à l’existence humaine et à sa qualité de vie. Elle fournit l’air, l’eau douce et les sols dont nous dépendons tous. Elle régule également le climat, assure la pollinisation et la lutte contre les ravageurs, et réduit l’impact des risques naturels. Alors que nourriture, énergie et matériaux sont plus accessibles que jamais dans la plupart des pays, la surexploitation des plantes et des animaux compromet de plus en plus la capacité de la nature à nous approvisionner.

Au cours des cinquante dernières années, l’explosion du commerce mondial et de la consommation, ainsi que la forte croissance de la population humaine et un gigantesque mouvement d’urbanisation ont métamorphosé notre monde. Ces évolutions ont entraîné une dégradation de la nature et une surexploitation des ressources naturelles sans précédent. Une poignée de pays abrite les dernières zones de nature sauvage. Les espaces naturels se transforment plus rapidement que jamais.

L’Indice Planète Vivante 2020 mondial montre un déclin moyen de 68 % des populations de mammifères, d’oiseaux, d’amphibiens, de reptiles et de poissons suivies entre 1970 et 2016. Les variations des populations d’espèces sont un indicateur majeur de la santé globale des écosystèmes. Mesurer la biodiversité, la variété de tous les êtres vivants, demeure complexe, il n’existe pas de mesure unique qui puisse saisir tous les changements dans cette immense toile de la vie. Néanmoins, la grande majorité des indicateurs montrent de nets déclins au cours des dernières décennies.

Pouvons-nous inverser la tendance ? C’est la question posée en 2017 par l’initiative Bending the Curve (Redressons la courbe) - un consortium regroupant plus de 40 universités, organisations de conservation et ONG dont le WWF. Son objectif? Modéliser les voies susceptibles de restaurer la biodiversité.

Cette modélisation pionnière a permis de démontrer que nous pouvons enrayer et même inverser la perte de biodiversité terrestre due au changement d’utilisation des terres. En mettant l’accent, comme jamais auparavant, à la fois sur la conservation de la nature et la transformation de notre système alimentaire moderne, nous pourrons élaborer une feuille de route pour restaurer la biodiversité tout en nourrissant une population humaine croissante.

Bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

20200910_Synthese_Rapport-Planete-Vivante-2020_WWF-min