À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

10ème session ordinaire du CM

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Douala, Cameroun 5-6 septembre 2019 - Le forum régional de mobilisation et de renforcement des capacités du secteur privé sur le transfert de technologie et le financement climatique s’est tenu à Douala. L’objectif de la rencontre était de présenter des technologies climatiques transformationnelles aux acteurs locaux et aux points focaux pour le climat et mobiliser et promouvoir le rôle et l’action du secteur privé, par le biais d’une mise en relation des entreprises, promoteurs de projets et des organisations financières sous-régionales et internationales.

 

Selon l’agenda retenu, la première journée des travaux a été consacrée au partage des connaissances et à l’amélioration des capacités des parties prenantes locales participantes, à savoir les Entités Nationales Désignées (END), les Agences Nationales Désignées (AND), les représentants du gouvernement, les entreprises privées sur la chaîne de valeur de la biomasse forestière et de favoriser les collaborations et les partenariats fondés sur l’analyse et les travaux préparatoires menés grâce à l’assistance technique du Centre et Réseau des Technologies Climatiques (CTCN). Les travaux de la deuxième journée ont porté sur les marchés financiers.

Pour le representant résident de la Banque de Développement des Etats de l’Afrique centrale au Cameroun,  « le secteur privé c’est le secteur qui non seulement crée de la richesse mais contribue au développement de nos pays. Nous avons fait venir le secteur privé pour voir dans quelle mesure ce secteur sera impliqué dans le développement de nos Etats et principalement dans le developpement de durable »

Pour Federico Villatico Campbell, Directeur sous-régional du Centre et de l’Ouest du Centre de Technologie climatique, « L’idée c’est de travailler avec un ensemble d’investisseurs du secteur privé pour développer des idées ou des projets bancables »

A l ’issue des travaux, les résultats suivants ont été atteints : (i) Les capacités du secteur privé des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre renforcés; (ii) de nouveaux partenariats commerciaux à la suite des réunions inter-entreprisesdéveloppés ; (iii) des projets de notes conceptuelles pour les mécanismes financiers pertinents (BOAD, Fonds du Fonds Vert pour le secteur privé, BMD, programmes bilatéraux, autres) qui deviendront des projets prêts à être financés identifiés ; (iv) de nouvelles initiatives de requêtes d'Assistance Technique au CTCN portées par les PME locales identifiées ; (v) Un réseau régional d'acteurs financiers mobilisé ; la collaboration entre les entreprises du secteur privé et des représentants du gouvernement dans le domaine du climat renforcée.

Le forum a été organisé par le Centre et Réseau des Technologies Climatiques (CRTC/CTCN), la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD), la Commission des forêts d'Afrique centrale (COMIFAC) et la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC).

 

A propos de la COMIFAC

La Commission des Forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC), est une organisation internationalement reconnue comme organisme d’intégration sous-régionale, sur les questions forestières et environnementales en Afrique Centrale. La COMIFAC est engagée dans la promotion du droit des peuples à compter sur les ressources forestières pour soutenir leur développement économique et social. L’institution est accréditée comme observateur auprès de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, du Fonds Vert pour le Climat et des principales conventions et initiatives internationales dans le secteur Forêts-Environnement.

 

A propos du CTCN

Le Centre et Réseau des Technologies Climatiques (CRTC/CTCN) est l'organe opérationnel du mécanisme technologique de la CCNUCC, hébergé par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement et l'Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI). Le CTCN encourage le transfert accéléré de technologies écologiquement rationnelles pour un développement sobre en carbone et résilient au changement climatique, à la demande des pays en développement par le biais de leurs points focaux que sont les entités nationales désignées (END). Dès réception d’une requête, le Centre mobilise son réseau mondial d’experts en technologies du climat pour concevoir et proposer une solution sur mesure, adaptée aux besoins du requérant, en ligne avec les priorités du pays.

- Le CTCN a adopté une structure de gestion géographique, comprenant des responsables régionaux, supervisant et coordonnant ses services dans des régions spécifiques. Cette stratégie régionale est fortement axée sur la mobilisation du secteur privé (ESP). Les institutions sous-régionales, les banques régionales de développement, les programmes bilatéraux, entre autres, sont identifiés comme des acteurs pertinents avec lesquels il faut collaborer pour développer des projets sur le terrain. Le rôle du CTCN dans la mobilisation et l’engagement du Secteur Privé est multiple. Pour accompagner efficacement le secteur privé, il déploie son intervention à travers une combinaison d'actions : le renforcement des capacités, l'Assistance Technique (AT) et la mise en réseau.

A propos de la BOAD

La Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD) est l’institution commune de financement du développement des pays membres de l’Union Monétaire Ouest-Africaine (UMOA), qui a pour mandat de promouvoir le développement en Afrique de l’Ouest et de favoriser l’intégration économique de la sous-région. Depuis 2009, la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD) siège en tant qu'Observateur à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) et participe activement aux délibérations en vue de la construction d'une architecture mondiale de financement du climat. L'entité s'acquitte de son mandat en contribuant à la mobilisation des ressources nationales dans les États membres, en externalisant les capitaux étrangers sous forme de prêts et en fournissant un financement sous forme de prises de participation, de prêts, de garanties et de bonifications d'intérêts. L'entité utilise les ressources financières qu'elle mobilise pour investir dans des projets et programmes des secteurs public et privé visant à construire des infrastructures de base et modernes, à améliorer les moyens de subsistance en milieu rural, à produire de l'énergie ainsi qu'à s'adapter et à atténuer les changements climatiques. La BOAD est accréditée auprès du Fonds d'Adaptation depuis 2011, du Fonds pour l'Environnement Mondial depuis juin 2015 et du Fonds Vert pour le Climat depuis octobre 2016.

 

A propos de la BDEAC

La Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC) est l’institution financière des pays d’Afrique Centrale. Avec son Siège à Brazzaville (Congo), elle a pour missions de: (i) promouvoir le développement durable des pays de la CEMAC et contribuer à l’intégration économique des pays de l’Afrique Centrale, notamment par le financement des investissements nationaux, multinationaux et des projets d'intégration économique, (ii) apporter son concours aux Etats Membres, aux organisations sous régionales, aux Institutions financières et aux opérateurs économiques, dans leurs efforts pour la mobilisation des ressources financières et le financement des projets, notamment pour préserver les écosystèmes et lutter contre le changement climatique et (iii) appuyer les Etats Membres, les organisations sous régionales et les opérateurs économiques dans le financement des études de faisabilité des programmes et projets. Dans le cadre de sa stratégie 2017-2022, la BDEAC s’est assigné d’inscrire tous ses financements dans une logique de développement durable. Elle est Delivery Partner auprès du GCF et travaille pour son accréditation à ce mécanisme. La BDEAC totalise aujourd’hui plus de 40 ans de connaissance du terrain et dispose des capacités institutionnelles, juridiques, fiduciaires et opérationnelles solides lui permettant de mobiliser, gérer et affecter les contributions financières des pays donateurs, des partenaires publics ou institutionnels au développement en faveur des pays de la sous-région ou du secteur privé.

Pour d’amples informations, bien vouloir contacter imadzous@comifac.org

Contact

BP: 20818 Yaoundé Cameroun

Tél: +237 222 21 35 12/677 42 42 94
Fax: +237 222 21 35 12
Courriel: comifac@comifac.org
Horaires: 8h à 16h du lundi à vendredi

Nous écrire

Liens utiles