À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

10ème session ordinaire du CM

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Le Projet Régional « CBSP – Partenariat pour la conservation de la Biodiversité : Financement Durable des Aires Protégées du Bassin du Congo – PIMS 3447 » a organisé la 2e réunion 2019 du Comité de Pilotage (COPIL) sous-régional à Brazzaville les 26 et 27 octobre 2019. Cette réunion fait suite à la 1re réunion du COPIL de l’année 2019 qui avait été organisée à Douala, les 09 et 10 avril.

 

Le projet régional avance bien vers ses résultats et affiche un taux de réalisation de son Plan de travail 2019 de 66%. Tout est en place pour une validation en 2019 des stratégies de Financement durable des Aires Protégées dans les 6 pays. La 2e réunion du Comité de Pilotage de l’année 2019 a informé les représentants des pays, membres du COPIL, de l’état d’avancement dans les 6 pays participants et d’échanger sur les enjeux de la prochaine revue à mi-parcours du projet d’ici la fin de l’année. Le Projet Régional « CBSP – Partenariat pour la conservation de la Biodiversité : Financement Durable des Aires Protégées du Bassin du Congo – PIMS 3447 » vise à mobiliser des financements durables pour les Aires Protégées du Bassin du Congo. L’objectif de ce projet est d’améliorer durablement le financement du système d’Aires Protégées dans la sous-région à travers entre autres, la formation, la mise en place des cadres institutionnels et de mécanismes modèles pour assurer la viabilité financière à long terme des systèmes d’Aires Protégées et des écosystèmes associés dans les six pays concernés.

Monsieur Jean Bosco NGANONGO, Directeur de la Faune et des Aires Protégées du Congo, président du comité de pilotage a déclaré : « L’enjeu est de taille, une implication forte de toutes les parties prenantes ainsi que des Partenaires Techniques et Financiers qui travaillent déjà dans la sous-région sera déterminante pour la réussite de cet important projet régional, à travers notamment l’atteinte de ces trois résultats escomptés. » Il a remercié tous les membres statutaires pour leur participation et a exprimé toute sa gratitude au Secrétariat exécutif de la COMIFAC, au Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM) et au Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) qui ne cessent de déployer leurs efforts à la recherche des solutions durables à la problématique de la conservation de la biodiversité des Aires Protégées du bassin du Congo. En effet, les six pays bénéficiaires ont reçu au début du projet un appui financier du Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM) IV d’un montant de 8,181,181 dollars US pour la mise en œuvre du projet régional par la COMIFAC, avec l’appui des PNUD

Ce projet régional couvre 63 aires protégées dans le 2e massif forestier au monde, qu’est le Bassin du Congo. Ce bassin représente environ 18,5 millions d'hectares pour les six pays bénéficiaires du projet : le Cameroun, le Gabon, la Guinée Équatoriale, la République Centrafricaine, la République du Congo et la République Démocratique du Congo. Ils abritent près de 25% des forêts tropicales du monde.

Le Bassin du Congo est remarquable à l'échelle mondiale par la riche diversité de sa faune et sa flore qui n'existe nulle part ailleurs dans le monde. Les résultats de ce projet régional sont très importants pour la sous-région et à l'échelle mondiale, car les six pays du Bassin du Congo abritent près d’un quart des forêts tropicales du monde. Il est important de préserver les forêts tropicales du Bassin du Congo, notamment dans le contexte de la crise climatique et de l’érosion de la biodiversité. En effet, plusieurs Objectifs de développement durable sont liés directement à la santé de la planète, alors que le déclin de la biodiversité pourra entrainer des effets négatifs en cascade. Cependant, investir durablement dans la préservation de la nature pourra améliorer les vies de millions de personnes qui dépendent de forêts pour leur bien-être et leur subsistance.

Pour de plus amples renseignements, contactez :

Florence Danner, Spécialiste des communications au PNUD, florence.danner@undp.org

Aline Malibangar (PhD) , Regional Coordinator, aline.malibangar@undp.org


 

 

Contact

BP: 20818 Yaoundé Cameroun

Tél: +237 222 21 35 12/677 42 42 94
Fax: +237 222 21 35 12
Courriel: comifac@comifac.org
Horaires: 8h à 16h du lundi à vendredi

Nous écrire

Liens utiles