À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

10ème session ordinaire du CM

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

Berlin, 5 mai 2020 – Il s’est tenue une conférence virtuelle des partenaires engagés dans la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale. La réunion était présidée par l’Honorable Dr Christian Ruck, Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, et modérée par le Dr Dany Pokem, Coordonnateur technique des communications, membres et réunions du PFBC.

36 participants représentants les Leaders et les Co-Leaders des Blocs Ouest, Centre et Est du processus de N’Djamena, des personnes ressources et l’équipe de la Facilitation de République fédérale d’Allemagne du PFBC étaient présents à cette rencontre.

Suite aux indications techniques pour le bon déroulement de la conférence virtuelle, l’ordre du jour de la conférence présentée était articulé autour des points ci-après :

  • une synthèse du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC sur la feuille de route de la Facilitation allemande du PFBC 2020-2021 ;
  • contribution de l’OFAC sur l’état des lieux cartographique des blocs : état des lieux et programmatique ;
  • contributions dans l’ordre ci-après des leaders des Blocs Ouest, Centre et Est : état des lieux, quelques pistes, orientations, axes d’interventions pour la mise en œuvre de la déclaration de N’Djamena et du plan d’action de Douala ;
  • Discussions

Synthèse de l’allocution du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC sur la feuille de route de la Facilitation allemande du PFBC 2020-2021

Dans son mot de circonstance, l’Honorable Dr Christian Ruck a tout d’abord souhaité la bienvenue à tous les participants dont l’important nombre, une trentaine, administre la preuve de leur attachement à la poursuite du suivi de la mise en œuvre de la déclaration de N’Djamena et du Plan d’action de Douala.

Il a ensuite présenté une synthèse de la feuille de route de la Facilitation de la République fédérale d’Allemagne du PFBC. Plantant le décor tout en situant le contexte de la tenue de la conférence virtuelle, il a souligné qu’il agira dans la continuité des interventions de la Facilitation belge du PFBC en ce qui concerne l’encadrement de la transhumance et les efforts de lutte contre le braconnage transfrontalier aussi bien que le dialogue avec la Chine. Il a rappelé qu’au cours de la Facilitation allemande se tiendront d’importants événements internationaux majeurs, notamment le Sommet UE-Afrique, le Sommet UE-Chine et les conférences de la CDB et de la CCNUCC qui constituent une opportunité majeure pour les partenaires du PFBC qui devront y participer en rangs serrés, dotés d’une position commune claire pour influencer l’ensemble de ces processus que les partenaires du PFBC ne doivent pas rater ce coche exceptionnel.

Contribution de l’OFAC sur la situation cartographique des blocs : état des lieux et programmatique

 

Les intervenants pour le compte de l’OFAC, Florence Palla et Quentin Jungers de l’Observatoire des Forêts d’Afrique centrale (OFAC) ont présenté un exposé sur le thème « vue d'ensemble des blocs géographiques du PFBC - rencontre entre le Sahel et le nord de l'Afrique équatoriale ». Ils ont articulé leur propos autour des points suivants :

  • Justification des blocs géographiques
  • Explication de l'approche
  • Aperçu des questions et des parties prenantes : Perspectives régionales ; Blocs Ouest ; Blocs centraux ; Blocs de l'Est.

En conclusions, les présentateurs ont suggéré la prise en compte des éléments suivants dans les discussions à savoir :

  • Les blocs géographiques ne sont pas délimités dans le temps ni dans l'espace; toutefois, ils reflètent les domaines d'intervention prioritaires du plan d'action.
  • Les enseignements tirés soulignent la nécessité d'une approche transfrontalière multisectorielle
  • Le plan d'action devrait permettre d'activer la collaboration transfrontalière dans les stratégies de lutte contre le braconnage et la gestion de la transhumance transfrontalière.
  • La transhumance est une activité économique ancestrale qui peut bénéficier à la conservation dans un environnement stable.
  • L’urgence du rétablissement d’une forte présence de l'État (ou, à défaut, une délégation de la gestion territoriale) dans les zones transfrontalières critiques identifiées

Bien vouloir trouver en téléchargement : Exposé de Florence Palla et de Quentin Jungers de l’Observatoire des Forêts d’Afrique centrale (OFAC)

Une réponse de l’OFAC a été la mise en place d’un suivi régional et d’un observatoire régional de la transhumance…Pour que cette action transversale soit réalisée, il faudrait mobiliser les différents Partenaires pour le partage/échange des données et les analyses qui en suivront. La priorité pour ce type d'action transversale serait de s’assurer de l’effectivité de la collecte et du partage des données, ainsi que de la reconnaissance de l’effort de chacun lors de l'élaboration et/ou de la diffusion de produits.  L'OFAC pourrait jouer un rôle technique, en collaboration avec les acteurs de terrain (chefs de blocs,i FAO, ACF, IGAD) sous le mandat de la COMIFAC en collaboration avec d'autres institutions régionales mandatées en Afrique.

Bien vouloir consulter les documents sur l’observation, le suivi et l’organisation de la transhumance en Afrique centrale avec 4 produits : notes d'analyse politique, bulletin de veille, état de la transhumance.  Elles comprennent également une série de recommandations issues des cadres logiques et des discussions tenues avec les chefs de blocs.  Bien plus, un poster présentant le rôle qu'un observatoire régional pourrait jouer dans l'analyse de la situation et l’appui au suivi, à l'allocation transfrontalière des terres, etc. est également disponible :

Le membre du gouvernement a reçu, le 27 mai 2020 à Yaoundé, Giorgio Giorgetti, président du Groupement de la filière bois du Cameroun.

Les experts du CIFOR répondent aux préoccupations régionales concernant les zoonoses

La République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda se retrouvent main dans la main pour préserver la biodiversité du lac Kivu, un des Grands Lacs d’Afrique, situé à la frontière entre les deux pays. L’accord signé entre les deux pays vise à encadrer l’exploitation du méthane de ce lac pour produire de l’électricité et à protéger la biodiversité qu’il abrite.

Le Rwanda vient de déposer auprès de l’Organisation des Nations unies (ONU) un ambitieux plan d’action climatique sur 10 ans. Ce projet qui nécessitera un investissement global de 11 milliards de dollars a pour but la réduction des émissions de CO2 du pays et l’adaptation au changement climatique.