À propos

États membres

Plan de convergence

Projets

Documents

Actualités

10ème session ordinaire du CM

Commission des Forêts d’Afrique Centrale
Une dimension régionale pour la conservation, la gestion durable et concertée des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale

Burundi    cameroun   Congo   Gabon   Guinée Equatoriale   Centraenique   Congo démocratique   Rwanda   Sao Tomé et Principe   Tchad

Cherchez notre site

L’objectif du Projet est formulé comme il suit : « Le complexe BSB Yamoussa est géré et préservé de manière durable ».

Il s’agit d’un Projet d’une durée de 3 ans 8 mois dont les groupes cibles sont les populations occupant le territoire du Complexe binational BSB Yamoussa et ses zones périphériques. Il prévoit la mise en œuvre des accords de coopération binational (Accord BSB entre le Cameroun et le Tchad) et tripartite (Accord Tripartite LAB de N’Djamena) à travers ses organes de gestion et des cellules d’appui régionales. Dans le même sillage de l’opérationnalisation de l’Accord BSB, la mise en place de structures de gestion adéquates dans les parcs nationaux du complexe BSB Yamoussa occupe une place de choix pour lutter contre le braconnage en tenant compte des évolutions récentes et de faire participer la population riveraine locale et autochtone aux activités.

La mise en œuvre du Projet s’effectue sur la base d’une approche déclinée en 4 volets ou résultats permettant l’atteinte de 4 principaux produits ou Output et d’impacts directs.

Résultat A : Les Accords Intergouvernementaux et Protocoles Spécifiques pour la gestion transfrontalière du complexe BSB Yamoussa sont mises en œuvre.

Comme activités principales, il s’agit de :

  • Conseiller et contribuer au financement de la mise en place et fonctionnement des organes/structures d'appui pour la mise en œuvre des accords intergouvernementaux concernant le BSB; 
  • Faciliter la mise en place des Cellules d'appui à l'opérationnalisation de l'Accord BSB ;
  • Accompagner le renforcement des capacités du personnel affecté aux cellules d'appui à l'Accord BSB;
  • Contribuer à l'élaboration de la stratégie transfrontalière de lutte contre le braconnage et d'autres documents stratégiques importants pour la gestion transfrontalière ;
  • Apporter un appui conseil aux acteurs dans le cadre de la coopération transfrontalière ;
  • Promouvoir les discussions relatives à un concept de financement durable et au développement d'un modèle de gestion efficace pour le complexe BSB ;
  • Evaluer l'expérience acquise dans le cadre de la coopération transfrontalière et l’intégrer dans les processus de discussion régionaux.

Résultat B : Les conditions pour un développement local durable compatible avec la protection des ressources naturelles sont améliorées

Ce résultat vise à :

  • Promouvoir des chaines de valeur respectivement (4Cameroun, 6Tchad) en tenant compte des aspects de l'agriculture écologique (élaboration des approches, appui conseil aux producteurs/trices, financement) ;
  • Mettre en œuvre les mesures d'infrastructures socio-économiques
  • Mener des actions de formation pour les producteurs/trices ;
  • Renforcer les capacités des partenaires techniques et financiers (renforcer les capacités des acteurs d'appui/ encadrement (CRPA.) renforcer les capacités des acteurs d'appui CDS et CDECA)
  • Promouvoir des chaines de valeur respectivement (4cameroun, 6tchad) en tenant compte des aspects de l'agriculture écologique (élaboration des approches, appui conseil aux producteurs/trices, financement) ;
  • Mettre en œuvre les mesures d'infrastructure socio-économique ;
  • Conseiller et financer l'élaboration et la mise en œuvre de conventions locales de gestion/utilisation des ressources naturelles au Tchad ;
  • Mener des actions de formation pour les producteurs/trices ;

Résultat C : L'inclusion d'une population informée dans la gestion des aires protégées est officialisée

Comme résultat principal, il s’agit de :

  • Apporter un appui conseil dans l'élaboration d'accords cadres et de plans d'action pour la gestion participative au Cameroun et au Tchad Financé la préparation d’un concept d’une Chaine et procédures de renseignement ;
  • Former les acteurs de gestion participative ;
  • Fournir un appui conseil et financier dans le cadre de la mise à jour et la mise en œuvre du plan de gestion de la zone de transition du Parc Sena Oura ;
  • Préparer les curricula pour la sensibilisation à l’environnement dans les écoles primaires et collèges, former les enseignant/es en fonction et fournir un appui conseil et financer la mise en œuvre dans les écoles avec 194 enseignant/es (150 au Cameroun, 44 au Tchad), promouvoir les excursions scolaires, plantations et autres activités dans ce contexte ;
  • Développer et mettre en œuvre un programme de sensibilisation à l’environnement pour les décideurs politiques locaux et conseiller et financier l’élaboration et la diffusion d’émissions de radio sur le thème de la sensibilisation à l’environnement.

Résultat D : Des nouveaux accords amiables pour l'utilisation des ZIC dans la périphérie du PN de Bouba Ndjida sont mis en place

Comme activités principales on peut citer :

  • Conseiller et appuyer les autorités fauniques régionales et les amodiataires dans le processus d'élaboration de plans de gestion pour les zones d’intérêt cynégétique ;
  • Conseiller les communes et les autorités fauniques régionales en ce qui concerne la gestion des revenus provenant de la chasse ;
  • Elaborer un concept de gestion des zones d’intérêt cynégétique non valorisées par la chasse avec toutes les parties prenantes
  • Contribuer de manière consultative au développement de solutions pour une transhumance adaptée.

L’objectif du Projet est formulé comme suit : "Le système COMIFAC remplit ses missions stratégiques et opérationnelles de manière efficace". Il s’agit d’un Projet d’une durée de 3 ans et 6 mois (janvier 2019 à juin 2022) ayant comme partenaire politique le Sécrétariat Exécutif de la COMIFAC et comme groupe cible les populations des États membres de la COMIFAC, et plus particulièrement celles qui dépendent directement ou indirectement de la forêt et de son exploitation pour leur survie. Les zones d’intervention du Projet sont 10 pays de la COMIFAC à savoir : Burundi ; Cameroun ; Congo ; Gabon ; Guinée Equatoriale ; République Démocratique du Congo ; République centrafricaine ; Rwanda ; Sao Tomé e Principe ; Tchad.
La mise en œuvre du Projet s’effectue sur la base d’une approche déclinée en 5 volets permettant l’atteinte de 5 principaux produits ou Output et d’impacts directs aux niveaux local, national et régional à travers les initiatives pilotes.

Volet 1 : Renforcement du fonctionnement du système de la COMIFAC

Objectif : Le fonctionnement organisationnel du système COMIFAC est renforcé

Ce volet vise :

  • Renforcement des compétences organisationnelles et techniques;
  • Appui à l’élaboration et mise en œuvre du POPC ;
  • Appui à la collecte, valorisation, diffusion des données sur le suivi de la mise en œuvre du PC ;
  • Appui à la validation et à la mise en œuvre du plan d’affaires ;
  • Accompagnement de la présidence en exercice de la COMIFAC ;
  • Accompagnement de la stratégie de communication ;
  • Appui à la mise en œuvre de la stratégie Genre de la COMIFAC etc.

Volet 2 : Apprentissages et leurs transferts dans le système COMIFAC
Objectif : l‘utilisation des informations et des bonnes pratiques dans le système est améliorée
Ce volet concerne :

  • L’appui à la mise en place d’un système de gestion des connaissances ;
  • L’institutionnalisation d’un mécanisme d’apprentissage et de transfert ciblé sur les produits de savoir de valeur régionale ;
  • La définition et la gestion des initiatives pilotes et exploitation des apprentissages au niveau régional (y compris les IP orientées vers le genre).
  • Elaboration des produits novateurs de valeur régionale (p. ex. nouvelles directives, méthodes, approches, populations locales et autochtones.

Volet 3 : Participation des populations locales et autochtones
Objectif : La participation de la population autochtone est améliorée
Ce volet a pour activité principale :

  • L’appui au développement et à la mise en œuvre d'un mécanisme de partage des expériences entre les PACL en matière de gestion des forêts communautaires et communales ;
  • L’appui à l’élaboration des guides d’opérationnalisation simplifiés ;
  • L’appui à l'appropriation des Directives COMIFAC à travers des supports/canaux de communication appropriés ;
  • La préparation et gestion des initiatives pilotes sur les droits des populations locales et autochtones à savoir :
    • IP 1 : Appui à l’utilisation des connaissances, innovations et pratiques locales et autochtones déjà identifiées dans la gestion des aires protégées : cas du TNS), du Complexe BSB Yamoussa) et du PNL
    • IP 2 : Appui à l’élaboration d’une démarche consensuelle en matière de Clip (consentement libre, informé et préalable) dans les aires protégées de l’espace COMIFAC sur la base des expériences existantes : cas du TNS, du Complexe BSB Yamoussa et du PNL
    • IP 3 : Appui à la capitalisation des expériences de l’implication effective des PACL dans la gestion des forêts communales et communautaires : cas des forêts communales de Moloundou, Dzeng au Cameroun et des concessions forestières des communautés locales de Bisemulu et Bangengele en RDC.

Volet 4 : Renforcement de la formation forestière
Objectif : L’offre de formats de qualification modernes et orientés vers les besoins a augmenté
Le présent volet concerne :

  • L’appui au développement organisationnel du RIFFEAC (V1) ;
  • L’amélioration des processus d’interaction entre le RIFFEAC et ses
    institutions membres, ainsi qu’avec le système COMIFAC (V1) ;
  • L’appui à l’opérationnalité des centres d‘apprentissage virtuels ;
  • L’appui à l’actualisation et la révision de la qualité des contenus de la
    formation professionnelle et de la formation continue ;
  • L’accompagnement de l’application d’une approche didactique et
    des méthodes d’enseignement adéquates ;
  • La préparation et gestion des initiatives pilotes sur les thématiques ciblées ;
  • L’attribution et gestion des bourses de formation, renforcement des capacités des écoles EFG et ERAIFT (bâtiments / équipement / matériels) et élaboration d’un mécanisme durable de financement des bourses et infrastructures pour les IM) (co-financement UE).

Volet 5 : Mise en œuvre du Protocole de Nagoya sur l’Accès et le Partage des Avantages (APA)
Objectif : La mise en œuvre du Protocole de Nagoya à travers des processus structurés et participatifs est améliorée
Ce volet a comme activités principales :

  • Sensibilisation des parties prenantes et renforcement de leurs capacités pour la mise en œuvre du Protocole de Nagoya ;
  • Accompagnement de la mise en place des mécanismes de participation ;
  • Appui à la mise en place des cadres juridiques et règlementaires sur l’APA ;
  • Appui à la valorisation des Ressources Génétiques et des Connaissances Traditionnelles associées ;
  • Appui à la préparation et la mise en œuvre des IP :
    • IP 1 : Mise en place et promotion d’une base de données sur les RG et CTA à fort potentiel de valorisation auprès des utilisateurs potentiels ;
    • IP 2 : Appui à la mise en œuvre du Protocole Communautaire Bio culturel pour la protection des connaissances locales et autochtones déjà identifiées des ressources Biologiques ou génétiques : Cas de Mondia whitei à Lewoh – Sud-Ouest Cameroun

 

Kigali- Rwanda, 27-28 juin 2019-Il s’est tenu dans la salle des Conférences de l’hôtel Chez Lando à Kigali en République du Rwanda « l’atelier sous régional d’évaluation de la mise en œuvre de la plateforme AFRICA-TWIX (Africa Trade in Wildlife Information eXchange) dans l’espace COMIFAC ». Cet atelier organisé par la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) avec l’assistance technique et financière de TRAFFIC était présidé par le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, Monsieur Raymond NDOMBA NGOYE.

La rencontre avait pour objectif d’évaluer la collaboration sous régionale à travers le partage d’informations, pour la lutte contre le trafic illicite de la faune sauvage et procéder à l’évaluation de la feuille de route d’Avril 2017 du projet AFRICA-TWIX. 

           Ont pris part aux travaux, une quarantaine de responsables des services en charge de la faune sauvage, des Douanes, de la Justice, de la Police et de la Gendarmerie des pays suivants : Cameroun, Congo, Gabon, Centrafrique, République Démocratique du Congo (RDC), Tchad et Rwanda. Les représentants des Organisations Internationales et Non Gouvernementales suivantes : OMD, INTERPOL, COMIFAC, TRAFFIC, WWF et UICN ont également pris part aux travaux.

La phase protocolaire a été marquée par les allocutions du Directeur du Bureau Régional de TRAFFIC en Afrique Centrale, Monsieur Elie HAKIZUMWAMI, le mot de circonstance du Secrétaire Exécutif de la COMIFAC et le discours d’ouverture prononcé par Madame Ariella KAGERUKA, Directrice du tourisme et de la conservation représentant la Directrice Générale en Chef de l’Agence Rwandaise de Développement (RDB), l’adoption de l’agenda et le rappel des objectifs de l’atelier.

Plusieurs présentations ont meublé les échanges. Celles-ci ont porté sur :

  • le trafic illicite de la faune dans l’espace COMIFAC ;
  • l’état des législations dans la lutte contre le trafic illicite de la faune et la collaboration transfrontalière des pays représentés ;
  • l’état de la mise en œuvre de la feuille de route de 2017 par les pays membres de la plateforme (Cameroun, Congo, Gabon, RCA et RDC) ;
  • l’introduction à l’outil AFRICA-TWIX ;
  • la démonstration pratique de l’utilisation de la plateforme AFRICA-TWIX ;
  • et les outils d’application de la loi au niveau de la douane.

Les participants ont par la suite été invités à réfléchir en groupes de travail sur les thèmes suivants relatifs au fonctionnement optimal de l’outil AFRICA-TWIX :

  • stratégies d’actualisation de la mailing liste tenant compte des divers changements intervenus dans les administrations des pays membres ;
  • stratégies de collecte et de remontée des informations dans la base de données ;
  • propositions de recrutement de nouveaux membres dans la plateforme AFRICA-TWIX ;
  • désignation du membre qui devra représenter chaque pays au sein du Comité Consultatif de la plateforme AFRICA-TWIX ;
  • proposition d’au moins trois recommandations pour l’amélioration du fonctionnement de la plateforme AFRICA-TWIX.

Au terme des travaux, les recommandations ci-après ont été formulées :

A TRAFFIC de :

  • Renforcer les capacités des agents d’application de la loi des pays membres sur l’utilisation de la plateforme AFRICA-TWIX et les différents outils/guides d’identification ;
  • Editer et vulgariser le guide d’utilisation et de confidentialité de la plateforme AFRICA-TWIX.

Aux Etats de :

  • Mener des études scientifiques sur des espèces menacées d’extinction pour influencer les prises de décisions au sein de la CITES ;
  • Organiser des réunions de concertation régulière sur la lutte contre la criminalité faunique entre les administrations en charge de l’application de la loi ;

Au Rwanda :

  • Accélérer le processus d’élaboration et d’adoption de la loi spécifique sur la faune et la flore sauvages.

Pour d’amples informations, bien vouloir contacter luc.evouna@traffic.org; denis.mahonghol@traffic.org

Contact

BP: 20818 Yaoundé Cameroun

Tél: +237 222 21 35 12/677 42 42 94
Fax: +237 222 21 35 12
Courriel: comifac@comifac.org
Horaires: 8h à 16h du lundi à vendredi

Nous écrire

Liens utiles